Présentation des spectacles

Cinquième édition

Festival de soutien à l’émergence chorégraphique

Retrouvez ici l’intégralité des spectacles proposés dans le cadre du Festival IMpulsion 2020 !

Jeune Ballet desobliqueLe jeune ballet se fait conférencier, il nous invite à découvrir une collection de fausses danses traditionnelles contemporaines issues de notre société moderne.
Chaque rite est dansé en direct par les danseuses et situé dans son contexte. Les explications des guides-chorégraphes mettent en avant les principes de composition, les détails d’une proposition gestuelle et proposent un questionnement sur le rapport que notre société contemporaine entretient avec les rituels dansés.

Chorégraphie : Cie Propos, Denis Plassard
Interprètes : Bailly Louise, Battaglia Eleonora, Martinet Anaïs, Peytoureau Clémence, Rambaud Eulalie, Saurel Agathe
Musique originale enregistrée : Quentin Allemand, Fabienne Déroche, Jean-Paul Hervé, Norbert Pignol, Christophe Sacchettini, Raphaël Vuillard
Durée : 25 min
©Garance Li

cie 303Continuum dansé pour une femme seule.
“En parcourant les photographies de kinbaku de Seiu Ito, j’ai vu des femmes défaites cristallisées dans le moment d’un abandon total. De fil en aiguille, cela m’a conduit à la figure d’Ophélie dont le visage et le corps éternellement délassés sont l’image même de l’abandon porté par les eaux. Cela m’a amené aussi à penser aux dites « sorcières » noyées à l’épreuve de l’eau. Nourrie de ces images, je voudrais travailler au cœur de cet état d’abandon qui frôle avec les sensations de jouissance, de fatigue, de désespoir, de colère et de lâcher-prise. Par un travail de corps dégagé du « sensationnel » et de la performance, je cherche à me concentrer sur la sensation de l’Après pleinement vécu. Je tente de cristalliser l’éphémérité de cet instant pour donner place à une intimité mêlée de solitude et de fatigue.”

Conception et interprétation : Mayalen Otondo avec la collaboration de Mütterlein pour la musique.
Durée : 30 minutes
©Barbara Wroblewski

cie confidencesQCM part d’un parallèle entre les choix faits au quotidien et ceux qui accompagnent un processus de création. Par cette pièce ils tente de retranscrire leurs explorations. La volonté est de faire exister au plateau, les différentes possibilités qui s’offrent à eux, à partir d’une même problématique. Ils questionnent alors les différentes formes que peuvent prendre une création… Un questionnaire à choix multiple oblige la comparaison entre les propositions, l’analyse, puis le choix. Dans cette création ils questionnent les choix personnels/collectifs, de création/de vie, conditionnés/libres.

Danseurs : Sylvain Beauchamps, Lauriane Madelaine, Bruno Maréchal
Musique : Erwan Flageul
©Marie Escallon
Durée : 50 min
À partir de 14 ans

« Je voulais être seul. Sans moi. Je veux dire sans ce moi que je connaissais déjà. Seul avec un certain étranger {…} et qui était moi : étranger et inséparable de moi même. » L.Pirandello
Par l’utilisation de différents médias : son, vidéo et performance live, Solo… ou presque nous amène dans l’imaginaire ambigüe et intrigant de l’identité, avec ironie, sensualité et illusion.

 

Chorégraphie et danse : Arianna Rodeghiero
Musique – sound design : Samuel Moncharmont
Tout public
Durée : 30min
©Marc Laurent

collectivo unicoEn s’inspirant de “Viva la musica” d’Andres Caicedo, Vladimir Rodriguez nous offre une réflexion sur l’immigration et ses problématiques en partant de son expérience personnelle. La pièce commence avec une personne qui s’apprête à lire un discours. Soudain, il est pris d’une attaque incontrôlable, comme s’il avait un T.O.C. et ne peut pas s’empêcher de danser au rythme de la salsa… Jusqu’où nos origines représentent un exotisme ? Jusqu’à quel point elles nous portent préjudices ? En lisant le formulaire de demande de naturalisation, Vladimir s’amuse à jouer avec le son et le langage. Il essaie de lire correctement, fais des gaffes, des jeux de mots, il bégaye, il joue avec le son, il fait du bruit, il casse les mots, il passe par le bitbox, il en fait une musique ! “T.O.C” est un exercice d’improvisation dans un cadre très établi. L’interprète se réinvente à chaque fois et improvise ses gestes et ses sons, tout en respectant le déroulement et la dramaturgie de la pièce. Il nous emporte dans son univers en nous émouvant. Nous passons du rire aux larmes.

Chorégraphie et interprétation : Vladimir Rodriguez
Costumes : Vladimir Rodriguez
Production : Elena Ciavarella
Tout public
Durée : 25 min
©Vladimir Rodriguez

A l’image d’une feuille de verveine qui diffuse ses propriétés dans de l’eau et en modifie son état, l’homme infuse et diffuse constamment avec l’environnement dans lequel il vit. Dans Le Vrai Pouvoir de la Tisane, la compagnie Aux Pieds Levés a souhaité zoomer et regarder au microscope le processus de transmission, élément central de notre existence et de notre humanité. Mouvement qui s’inscrit dans les maillons d’une chaîne sans en avoir conscience, la transmission ne s’opère pas à la vitesse de l’informatique. Elle emprunte divers chemins dont plusieurs sont inaccessibles à notre conscience et hors champ de notre volonté. Le vrai pouvoir de la tisane, c’est donc toute la magie des souterrains empruntés qui amènent à la transformation insidieuse d’un élément.

Chorégraphie et interprétation : Annelise Pizot, Cyrielle De Vos, Pierre-Guillaume Villeton
Création musicale : Thibault Cohade
Création Lumière : Héléna Castelli
Costumes : Atelier de création de la ville de Grenoble
Scénographie : Cie Aux Pieds Levés
À partir de 9 ans
©Garance Li
Durée : 50 min

cie infime entailleInspiré des contes, Le Silence du Sable est un récit physique. Un jeu de transformations, fragile et résistant, comme une toile d’araignée. Une fois la forme humaine effacée, il semblerait que toutes sortes de choses puissent exister. Comme un secret, inquiétant et fascinant. Se maintenir aux bords. Miraculeusement.

 

Conception, interprétation : Maëlle Reymond
Création Lumière, vidéo, son : Jérémy Chartier et Christophe Sartori
Scénographie : Maëlle Reymond, Jérémy Chartier, Christophe Sartori
Regards complices : Claire Hurpeau, Farid Ayelem Rahmouni
© Gérard Vallet
Tout public
Durée : 40 min

cie dune et d'osMarée Basse se dessine autour d’une première préoccupation, celle du désir de révéler. Révéler l’un au regard, à l’écoute de l’autre et des autres avec empathie et détermination, laisser le sensible côtoyer l’intime.
C’est avec la volonté d’investir physiquement l’idée du dépassement qu’ils envisagent les contraintes et limites de chacun d’entre eux comme appuis et fragilités dans l’écriture.
“Marée Basse” nourrit la nécessité de rendre visible ou audible les retenues, les désirs, les ombres et les lueurs.

Interprètes : Bénédicte Fornallaz,  Jean Paul Mérigot, Gaïa Mérigot, Lucien Morineau,
Musicien : Théo Jegat
©LUMO
À partir de 10 ans
Durée : 40 min

shall we swingLe lindy hop, c’est la danse qui rend heureux !
Le temps d’une soirée, toute l’équipe de shall we swing vous fait voyager dans les années 30. Venez découvrir les bases de cette danse le temps d’une initiation puis swinguer sur le dance floor du Croiseur.
©Victoria Coloma

cie MFL’expression c’est pas grave est une devise consolante et révélatrice qui invite à renverser les structures et à ne pas se laisser submerger par le poids des difficultés. La recherche gestuelle joue avec le sens ambivalent de la gravité, à la fois matérielle et symbolique, qui imprègne notre vie à chaque instant.

Chorégraphes, interprètes : Francesco Colaleo, Maxime Freixas
Tout public
©DR
Durée : 20 minutes

cie la piraterieLe bout d’un fil c’est un rêve, une volonté, un objectif. Que se passe t-il quand on est au bout ? Y-a t-il encore des choses à voir ? Le personnage énigmatique est sur la route, à la recherche de réponses. Tantôt à bout de souffle, tantôt un boute-en-train, ses pas seront parfois maladroits mais le conduiront quoi qu’il arrive vers l’inconnu qu’il recherche. De l’arbre magique, fidèle acolyte de l’interprète sur scène, jaillissent des histoires de la vie. Un spectacle hip hop et contemporain, interprété avec joie et amusement.

Chorégraphie et interprétation : Maxime Vicente
Création lumière : Xavier Ferreira De Lima, repris par Lucas Robert
Durée : 33 minutes
©Justine Jugent
Tout public
33 minutes