Programmation Scène Découvertes

Dans le cadre du label Scène Découvertes confié à desoblique par la Ville de Lyon pour le soutien de l’émergence chorégraphique, nous accompagnons chaque saison une dizaine de compagnies en leur proposant des espaces de travail, un accompagnement technique, une confrontation au public et des rencontres avec des professionnels du spectacle vivant.

Du 22 septembre au 9 octobre 2022, rendez-vous au Croiseur pour
5 soirs de représentations, 3 après-midi jeune public, 1  journée d’étude “danse & vidéos”,     des bords de scène, un workshop …

JEUDI 22 SEPTEMBRE – 20h

Crédit photo : Julie Cherki

Nicolas Sannier  “Home”

Home c’est une visite ingénieuse et poétique du chez soi. C’est une invitation à entrer dans ce lieu intime dans lequel les humains se dévoilent. Nicolas Sannier décide d’expérimenter le chez soi en hors les murs, pour montrer qu’avec imagination nous sommes capables de trouver nos parades pour nous sentir chez nous n’importe où. Accompagné d’une scénographie volante, et d’une roue cyr (entre autre) il nous embarque dans un univers fait de physicalité, d’acrobaties, de danse avec délicatesse. Il fait de chaque discipline des pièces d’un appartement à découvrir pour mieux faire comprendre qui il est, et nous dire : bienvenue !

Tout public.
Durée : 50 min. . 

Chorégraphe/Interprète : Nicolas Sannier                                     Création lumière : Nicolas Tallec                                                 Création musicale : Mathis Der Maler 

Soutien et coproduction : Scène Découvertes danse, Théâtre Jean Vilar de Suresnes, Ville de Chaponost,  Maison de la Danse de Lyon, MJC Montchat, MJC de Saint Priest, Karavan Théâtre (Décine) 

Diplômé du centre de formation Rêvolution, Nicolas Sannier débute sa carrière de danseur interprète en 2007 auprès de nombreuses compagnies de danse hip hop (Trafic de Styles, Rêvolution, S’Poart, CCN de Créteil Mourad Merzouki, Eco, Cie David Drouard, CCN Ballet du Nord/Olivier Dubois. Présent également dans l’univers des battles il remporte notamment le Freestyle Battle de Los Angeles en 2009. En 2012 il se forme auprès des Ballets C de la B en tissu aérien avec Juliana Neves. En 2017 il suit une formation de cascadeur. Enfin en 2019 il intègre le Cirque Plume en tant que danseur/jongleur de plumes pour le dernier spectacle de la compagnie.

SAMEDI 24 SEPTEMBRE – 15H

Cie  & Co “Côte à côte”

Entre tendresse et physicalité,  ce duo alliant  théâtre physique, hip hop, cirque et danse contemporaine transfigure le câlin pour le réinventer. Tantôt absurde, tantôt sensible voir même acrobatique, il s’entremêle dans un corps à corps où les coeurs se connectent côte à côte pour un coeur à coeur.  Se jouant du réel pour réveiller l’imaginaire. Ici, sans l’autre, sans la force d’être ensemble, plus rien ne tient debout, c’est la chute:  l’effondrement de toute l’histoire.

À partir de 6 ans. 
Durée : 45min

Chorégraphe : Sandra Geco                                                   Interprètes : Edouard Gameiro et Sandra Geco 

Création Lumière : Esteban Loirat                                             Création Musicale : Kevin Haccoun

Production : &co                                                                       Coproduction  Théâtre de Roanne (42)

Avec le soutien de : la MAC de Créteil (94), CCN de Roubaix (59), L’ENTRE DEUX_Scène de Lesigny (77), Château de Monthelon (89),  LeLabo (42)

Créée en 2019 par Sandra Geco, la compagnie &co se définit elle-même comme « pluri-indisciplinée » ; son travail s’articule entre recherche autour du mouvement, théâtralité du corps et rapport à l’image notamment à travers la photographie et la vidéo. Avec sa compagnie, Sandra Geco souhaite aller à la rencontre des publics, où qu’ils soient, par des créations qui s’adaptent hors des lieux de spectacles. La volonté de la compagnie est de proposer des projets porteurs de sens et éducateurs de sensibilités.

MERCREDI 28 & JEUDI 29 septembre – 20h

crédit photo : Valentin Henri

Cie La Fiévreuse “L’homme assis dans le couloir”

“Elle n’aurait rien dit, elle n’aurait rien regardé. Face à l’homme assis dans le couloir sombre, sous ses paupières elle est enfermée. Au travers elle voit transparaître la lumière brouillé du ciel. Elle sait qu’il la regarde, qu’il voit tout. Elle le sait les yeux fermés comme je le sais moi, moi qui regarde. Il s’agit d’une certitude.”

L’homme assis dans le couloir, Marguerite Duras, 1980, éd. de Minuit

Déconseillé aux moins de 16 ans
Durée : 55 min

Chorégraphie : Guillaume Forestier, en collaboration étroite avec l’équipe artistique et technique                                              Interprétation : Mélen Cazenave, Mélissa Cormerais, Guillaume Forestier, Franck Sammartano

Conception costumes : Gabrielle Marty                             Conception lumières : Alex Hofer

Coproductions : Scène découvertes danse Désoblique du Croiseur, CN D, Mairie du 4ème arrondissement de Lyon, Lycée Pierre Mendès France de La Roche sur Yon, DRAC Auvergne-Rhône-Alpes. 

Remerciements à toutes les personnes qui nous ont soutenues sur Hello Asso, à l’équipe de desoblique, ainsi qu’à Juliette Beauviche, Jean-Baptiste Billé, Sacha Blanc, Anne Bulteau, Laura Delande, Bernadette Gaillard, Mélanie Garrabos, Valentin Henri, Bérénice Hamidi-Kim, Gaëlle Marti, Léa Menou, Catherine Moreau, Manu·e Nadal, Lola Tillard, Janhvi Pananchikal, Dominique Petit, Klëpta Schwarz et Antonia Vitti pour leur aide à différents moments de la création.

L’ADN de la Fiévreuse s’articule autour d’un élément principal : l’intensité. Celle de vivre, de faire partie du monde et de l’éprouver.

La compagnie est fondée en 2018 par Guillaume Forestier et présente ses deux premières créations en 2022 et 2023. Les thématiques de l’intime, de la violence et de la sensation sont au cœur de ces deux créations. Les artistes au plateau ont fait de ces forces un terreau fertile pour exprimer et partager ces intensités à travers des écritures scéniques sincères. Collaboratives, les créations naissent du vécu, de l’esprit et du corps de chaque personne impliquée. Les propositions de la Fiévreuse aspirent à faire vivre des expériences radicales au spectateurs·trices en révélant l’essence de chaque interprète.

VENDREDI 30 SEPTEMBRE – 20H

crédit photo : Emanuelle Stabüle

Cie Théo MW – Com Corpus “Boiler” 

C’est une immersion dans la musique. Il faut que les corps transpirent le rythme, qu’ils s’obstinent dans le tempo, qu’ils s’épuisent dans le groove. Ainsi animés, les interprètes harassés perdront le contrôle, et l’ipséité sera dévoilée. C’est à travers cet exploit lyrique que l’inconscient va s’affranchir de ses barrières et libérer une poésie navigatrice de l’indicible. “Les cicatrices marquent mon corps. Tous les non-dits refont surface, rejaillissent dans le présent. Je dois composer avec. Je veux partager cet indicible, dans le désir de créer un sentiment d’expérience commune.”

Tout public. 
Durée : 50 min

Chorégraphe : Théo Marion-Wuillemin                                  Interprètes : Eugénie Dal Molin, Tristan Gazeau, Victoria Kennett

Lumières :  Agathe Geffroy                                                       Musique : En cours

Production : Com Corpus

Soutien, coproduction : DRAC ARA ,  Département Loire, Ville de Saint-Etienne, Théâtre du Parc, Adami, Spedidam, Scènes Découvertes Désoblique, CND, Théâtre à Durée Indéterminée.

Théo Marion-Wuillemin fonde en 2020 sa propre compagnie portée par l’association Com Corpus. Cette compagnie émergente s’inspire de l’être humain. Nos manières d’être, de penser, d’agir, de réagir et de cohabiter influencent les réflexions de la compagnie. Sociologie et psychologie sont les bases d’un travail pluri-disciplinaire qui fait dialoguer chorégraphie, musique, théâtre, architecture, design, arts plastiques et visuels.

SAMEDI 1 OCTOBRE – 20h

Cie OAK “IN-OUÏ” 

IN-OUÏ s’écrit comme le soulèvement d’un muscle, comme un essaim contre l’apocalypse, contre les formations capitalistes, la tête posée contre l’espèce / IN-OUÏ s’écrit comme l’archéologie d’un toucher, à l’endroit précieux de la détresse : chorégraphie d’un corps accablé par le réel.

Tout public.
Durée : 30 min. 

Chorégraphe et interprète : Lola Kervroëdan 
Texte : Nora Kervroëdan

Création musicale : Ottilie [B]
Création spatialisation sonore et régisseur son : Lambert SYLVAIN
Création lumière et régisseuse lumière : Anaïs SILMAR

Coproduction : Scène Découvertes danse – Le Croiseur
Soutien : Le croiseur, Le théâtre de l’Oulle – Avignon, La mairie du 4ème LYON –  Espace Artaud, Festival Les nuits du Château – La tour d’Aigues, Studio Microme, Akwariom, La croisée des Arts – pôle culturel Provence verte

La compagnie OAK est une collaboration entre deux sœurs et deux arts : la littérature et la danse. Objet littéraire et objet chorégraphique, objet-livre et objet-corps. Le langage, le corps et les mouvements qui les lient, les délient.

Mercredi 5 Octobre – 15h 

crédit photo Mariko Kieffer - graphisme Adriano Gazzellini

Cie 3/4 “En nage libre”

Une nageuse s’apprête à plonger dans le grand bassin sans imaginer qu’un monde marin s’éveille sous ses pieds. D’un univers sportif et compétitif le spectateur plonge dans un monde onirique moins réel. Ce spectacle met en scène la rencontre entre 2 mondes, entre 2 personnages qui cherchent à se connaitre et peut-être même à s’apprivoiser.Le sursaut de la pieuvre, l’exploratrice palmée, la statue de sel l’attirent comme le chant des sirènes. Une fable aquatique commence.

À partir de 5 ans. 
Durée : 40 min.

Chorégraphes et interprètes : Elsa Sanchez et Lyla Rachmuhl
Aide à la chorégraphie : Emilie Gerlic

Création lumière : Véronique Gougat
Musiques : Vivaldi, BO de Nicolas Jaar Ema, Odorico, René Aubry, Forensic Evidence

Soutien/ partenaire : Désoblique, TEC, Le frigo (Albi)

Né de la rencontre entre Elsa Sanchez et Lyla Rachmuhl, la compagnie 3/4 défend la pluralité artistique. Dans ses projets, la compagnie fait la part belle à la danse et invite, dans le quart restant, un autre support artistique (avec ou sans collaboration extérieure).

Le premier projet de la compagnie est un spectacle orienté jeune public avec une double lecture adulte.

Vendredi 7 Octobre À PARTIR DE 14H30

JOURNÉE D'ÉTUDE "danse & vidéos"

Les esthétiques du corps à l’écran
 
L’ère du digital bouscule nos habitudes et nos champs de perception. Mais l’univers du numérique est également l’occasion de repenser nos pratiques artistiques. Il offre et met en avant de nouveaux modes de représentation mais aussi de présence au monde. Il représente un outil puissant qui peut, s’il est maîtrisé, favoriser le foisonnement artistique, l’accès à la culture mais aussi permettre une plus grande richesse et ouverture sur le monde et l’atteinte de nouveaux publics.
 
De la même manière, le travail de Omar Rajeh et Mia Habis perturbe les routines corporelles afin d’inspirer le corps et de le pousser à sa capacité créative ultime, lui permettant ainsi dans sa création de briser tous les objectifs de la vie réelle et de s’épanouir dans la fantaisie. Plus qu’une pratique ou qu’une méthodologie de la danse, le travail de Omar Rajeh et Mia Habis interrogent de manière philosophique  la notion d’unité et de singularité du corps. Au lieu de le considérer le corps comme une entité avec un centre, ce dernier est ici constitué d’inter-relations qui lui donnent sa dynamique, sa présence extra-ordinaire et sa signification. 
 
Ils créent ensemble la plateforme digitale Citerne.live, un espace  de création et de recherche artistique en ligne qui déploie des esthétiques étonnantes et qui a la capacité d’emmener le spectateur mais aussi les artistes dans un champ de possibles inépuisable, alliant l’image et la danse, et qui demeure aujourd’hui un large terrain d’esthétiques à explorer, mettant en relief toute la spécificité de l’expérience numérique.

PROGRAMME

  • 14h30-16h30 WORKSHOP  Les esthétiques du corps à l’écran mené par Omar Rajeh et Mia Habis co-fondateurs de la plateforme Citerne.live 
  • 17h-19h10 TABLE RONDE autour de la relation et des enjeux entre la danse et la vidéo avec Omar Rajeh et Mia Habis, Fu Le de la cie Tétrapode qui présentera deux de ses films chorégraphiques, Éloïse Lefévbre – vidéaste et artiste plasticienne

Public : chorégraphes & danseurs·euses, équipes artistique & technique, curieux·euses …

Tarif : workshop 10€ / journée d’étude gratuite

crédit photo : Harold Galerie
crédit photo : Blandine Soulage

Omar Rajeh

Mia Habis

FU LE

Elodie LEFEVBRE

Olivier
chervin

Chorégraphe, danseur, fondateur et directeur artistique de la compagnie Maqamat et co-fondateur de la plateforme Citerne.live 

Chorégraphe, danseuse, directrice artistique du festival annuel BIPOD, directrice de production et diffusion de la Cie Maqamat, co-fondatrice de la plateforme Citerne.live

Chorégraphe, plasticien, vidéaste, membre de la compagnie Tétrapode

Artiste plasticienne, réalisatrice

Responsable de la pédagogie, des conférences et des formations – Maison de la Danse

VENDREDI 7 OCTOBRE – 20H30

crédit photo : Gilles Dantzer

Cie Page 55  “INSIDE the BOX “

INSIDE the BOX mêle danse contemporaine, boxe, course et théâtre. S’inspirant de leurs expériences personnelles autour d’un ring et d’un stade, ces deux femmes sont face à elles-mêmes et s’acharnent à mener les combats qui s’imposent en mettant en évidence toutes les émotions et les pensées contradictoires d’un instant sportif.

Elles interprètent une seule situation, une seule femme en deux versants : Celle qui lâche VS Celle qui tient; Celle qui court VS Celle qui doute; Celle qui encourage VS Celle qui a peur… LA BOXE comme situation concrète et LA COURSE comme allégorie du temps qui passe, des victoires possibles, du marathon à parcourir…

Entre instantanéité d’un bonheur explosif et déception absolue d’une seconde inattentive, l’émotion est au cœur de cette création. CONTINUER, TENIR TETE et RESISTER à L’ABANDON en est le Leitmotiv.

Tout public.
Durée : 35 min.

Chorégraphe : Cécile Lassonde                                                 Interprètes : Zoé Lecorgne et Cécile Lassonde

Création lumière : Sarah Cuny.                                                Musiques : Alessandro Cortini

Soutien : La Fabrique de la Danse (Paris), Les Ateliers Médicis (Dispositif Transat), le CRESCO (Saint-Mandé)

Chacune de nos vies est un récit. Chacun de ses chapitres est un récit. Et chaque page est alors une histoire à part entière avec un passé, un présent et un futur.
Partant de cette idée, Le Collectif Page 55 (anciennement Cie Blue Cells) est impulsé par Cécile Lassonde, chorégraphe et interprète. Elle met en mouvement l’éphémère d’un moment vécue, c’est sa singularité, partir d’un fait réel, d’une expérience de vie personnel ou extérieur et réunir des écrits et des interviews qui seront sa matière brute de création.

DIMANCHE 9 OCTOBRE – 15H

crédit photo : Louise Rouanet

Collectif Parade “L’envol”

Et toi, qu’est-ce que tu veux faire plus tard? Dans une réalité qui s’use et change plus vite que son ombre, l’Envol invite à regarder la désorientation sous un autre angle. Qu’est-ce que cette sensation crée dans nos corps ? Comment impacte-elle nos choix, nos rencontres, et les voies que nous traçons ? 

Et si nous posions ces questions dans un environnement créatif, joueur, sensible, ouvert à l’imaginaire ? Sans forcément y mettre des mots, mais des images, du mouvement et du rêve.

À partir de 6 ans.                                                                                      Durée : 40 min 

Conception, mise en scene et chorégraphie: Lucie Palazot et Alice Lambert                                                                             Interprétation :  Fanny Pouillot, Alice Lambert, Lucie Palazot

Coproduction : Scènes Découvertes – Le Croiseur                      Soutien : Fondation Boeringher-Ingelheim, CCN2 Grenoble, CND Lyon, Ecole de danse Demi-Lune, Espace Artaud (Lyon), Théâtre à Durée Indéterminée (Paris), Pôle Pik (Bron), Mairie d’Aubervilliers, Scène Découvertes danse. 

Fondée en 2020 à Lyon, PARADE développe et soutient une écriture chorégraphique collective et militante qui s’inscrit sur plusieurs territoires en France.
Ses missions:
P orter la création d’artistes émergents,
A ller à la rencontre de tous les publics y compris ceux éloignés de l’offre culturelle par la pratique de la danse
R attacher la danse à la performance, les arts visuels et la création musicale,
A ssocier le spectacle vivant aux nouveaux médias: expérimenter de nouveaux formats,
D écloisonner les espaces de création : investir les lieux de fête – clubs, festivals, et des lieux de savoir – écoles, musées, institutions.
E ntretenir une réflexion autour du rapport entre la danse, la place de l’artiste et la société avec des professionnels et amateurs.